Eric Esnault : C’est quoi L’investissement immobilier dans le Metavers

Au cœur d’un espace virtuelle augmentée, les grandes marques mises sur les nouvelles technologies pour se frayer un chemin. Tout comme l’utilisation des cryptomonnaies, le Metavers est un terrain de jeu que les firmes internationales tentent d’exploiter pour se réinventer.

Investir sur des terrains immobiliers virtuels semblent être une nouvelle façon de lever des fonds pour l’ancien groupe Facebook. Une chose est sûre ! Si les ventes de casques ou lunettes VR continuent de progresser, c’est que le Metavers gagne de l’ampleur.

Une opportunité pour des marques qui doivent à tout prix investir dans des fonds de commerce virtuels.

Eric Esnault : L’achat de terrain et espace immobilier : une opportunité existante au cœur du Metavers

Le principe même du Metavers pousse les consommateurs à pouvoir infiltrer un lieu lointain ou même la réalité augmentée tout en étant assis sur leur canapé. Cette nouvelle d’entrevoir la technologie par la réalité virtuelle se confond directement avec les lois du marketing.

Dans le cadre de la conquête des espaces publicitaires de grande marque comme Adidas et Carrefour ont déjà acheté des biens immobiliers dans le Metavers de Sandbox.

Sandbox se présente comme un jeu immobilier où les biens se monétisent virtuellement. Cet élément déclencheur pour les marques est donc l’opportunité de présenter leur produit innovant. Mais surtout de pouvoir les apprécier, les observer avant de consentir librement l’achat de façon physique.

Eric Esnault : Combien coûte un bien immobilier dans le Metavers ?

Jusqu’ici, personne hormis les principaux concernés ne connaissent le prix ainsi que les plus-values générées dans le cadre de la vente de bien immobilier virtuel. Cependant, nous pouvons penser que les prix doivent-être colossaux. En effet, le Metavers dans le futur reste un objet de communication très puissant tout comme peuvent l’être les moteurs de recherche à l’heure actuelle.

Avec la hausse de la fréquentation de jour en jour, l’acquisition de propriété virtuelle dans le but de propager les espaces publicitaires pourraient renouveler la façon de consommer sans forcément bouger le petit doigt. Néanmoins, nous ne savons pas comment les choses se déroulent à ce jour.

Les transactions immobilières dans le cadre du Métavers nécessiteraient-elles l’intervention d’organisme de régulation et de pouvoir normatif pour éviter que cette structure virtuelle ne deviennent le Far-West ? Ce sont autant d’élément de réponse qui nous interrogent.

Eric Esanult : Quel est l’intérêt d’acheter un terrain virtuel pour un particulier ?

Le Metavers peut-être vu dans le cadre de la société de consommation comme un espace virtuelle très dangereux. Le fait que psychologiquement le cerveau vive des sensations nouvelles peut pousser à des comportements excessifs.

C’est de cela que s’inquiète certains ancien haut cadre de Google et Apple qui pensent que cette réalité tronquée puisse modifier la psychologie des humains. Notamment dans la capacité à ce que la virtualité prenne le contrôle sur la réalité. Le manque de recul généré par l’immersion peut en effet causer des dégâts sur la vie humaine et les générations suivantes.

Le Metavers est donc un espace virtuel destiné à se monétiser et s’aliéner. Dans la quête de richesse, il se pourrait bien que les particuliers puissent acquérir des lots de terrain dans un futur proche. Cet élan qui paraît quelque peu schizophrénique aurait-il des éléments favorables ?

Le Metavers : est-il une nouvelle forme d’aliénation pour l’espèce humaine ?

Aujourd’hui, tout le monde se jette sur le dernier Iphone comme n’importe quelle nouvelle technologie innovante. Le Métavers qui n’en est qu’à ses débuts croquent tous les jours de nouvelles parts de marché. Au cœur d’un monde inconnu, les premiers adeptes pensent toujours avoir une longueur d’avance sur les autres.

Ce qui dans le monde de la technologie se confirme souvent.  Là où certains y voient l’avenir d’autres y voient une régression. Bien que le Métavers commence à commercialiser des biens immobiliers virtuels, n’est-il pas un lieu de consommation qui risque de dégrader les rapports sociaux et généré le manque de contact humain ?  Les évolutions de cette technologie nous en dirons plus dans les mois qui suivent.

Autres information sur Eric Esnault :

Recent Articles