Satellites: Eutelsat, nouvelle cible qui aiguise l’appétit de Patrick Drahi

   Par Yassine KHIRI – Paris, 30 sept 2021 (AFP)

Plus de 2 milliards d’euros mis sur la table pour s’offrir une présence dans l’espace? L’opérateur européen de satellites Eutelsat a rejeté mercredi une offre de rachat du milliardaire Patrick Drahi, l’actionnaire majoritaire d’Altice, qui espère réaliser un nouveau coup financier.

   Après Elon Musk ou encore Jeff Bezos, la ruée en cours vers les étoiles semble vivement intéresser un autre milliardaire, en la personne de Patrick Drahi, présent dans les télécoms et les médias en France avec SFR et BFM mais aussi au Portugal, en Israël et aux Etats-Unis avec son groupe Altice.

   Eutelsat « confirme avoir reçu une proposition non sollicitée, préliminaire et non contraignante de Patrick Drahi concernant une transaction potentielle sur l’ensemble du capital social de la société », a fait savoir mercredi soir l’opérateur de satellites.

   « La proposition reçue de Patrick Drahi – et rejetée à l’unanimité par les organes de gouvernance compétents de la société – évalue Eutelsat à 12,10 euros par action, tout dividende attaché », a-t-il complété dans un autre communiqué publié jeudi matin.

   Autrement dit, une offre qui avoisine les 2,8 milliards d’euros sur la base de 100% du capital de l’entreprise européenne.

   De quoi faire décoller le titre d’Eutelsat jeudi à la Bourse de Paris: vers 11H00, l’action prenait 15,12% à 11,92 euros, dans un marché en hausse… de seulement 0,64%!

   – Coup financier ? –

   Pourquoi un tel intérêt pour une entreprise qui réalise la majorité de son chiffre d’affaires, 1,2 milliard d’euros l’an dernier, dans la télédiffusion vidéo?

   « Drahi n’est pas un industriel, c’est un financier. Tout ce qu’il fait s’analyse à l’aune du cours de Bourse et de la valorisation des entreprises comme son maître à penser John Malone », un homme d’affaires américain, rappelle à l’AFP un consultant spécialisé du secteur.

   Or le titre d’Eutelsat, fondée en 1977 mais cotée depuis 2005, est très loin des sommets qu’il a connus lors de son pic d’avril 2015 à 32,71 euros. Un cours divisé par deux depuis.

   Le genre de « paris » financiers que Patrick Drahi ne cesse de multiplier ces dernières années.

   Dernier succès en date, le projet d’introduction en Bourse à Wall Street annoncé en juillet dernier de Teads (publicité en ligne) sur la base d’une valorisation d’environ 5 milliards de dollars, alors que l’entreprise avait été rachetée en 2017 par Altice pour 285 millions d’euros.

   En juin dernier, M. Drahi avait acquis 12,1% du capital de l’opérateur historique britannique BT pour près de 2,5 milliards d’euros, devenant son premier actionnaire, conscient du potentiel de croissance offert par le retard de la couverture en fibre optique au Royaume-Uni.

   – Internet spatial –

   Eutelsat dispose également d’un tel potentiel de croissance: le marché de l’internet par satellite.

   Conscient qu’il n’y aura pas de la place pour tout le monde sur ce créneau qui aiguise de nombreux appétits, Eutelsat avait annoncé en avril dernier avoir pris une participation minoritaire dans son concurrent britannique OneWeb pour 550 millions de dollars.

   Une alliance stratégique pour espérer exister face aux projets de constellations fournissant, de l’espace, un internet global, qui sont en cours de réalisation.

   Le milliardaire américain Elon Musk, patron de la société spatiale SpaceX et du constructeur automobile Tesla, a déjà mis en orbite à cette fin plus de

1.500 satellites pour créer le réseau Starlink, tandis le fondateur d’Amazon, l’Américain Jeff Bezos, a de son côté un projet similaire baptisé Kuiper.

   « Si Drahi prend le contrôle d’Eutelsat, il va demander de faire des choix tranchés. Aller à fond sur ce marché, présenté comme un nouvel eldorado, serait la meilleure façon pour lui d’augmenter le cours de l’action et de la valorisation de l’entreprise », estime un expert des télécoms.

   L’entourage de Patrick Drahi se refusait à toute déclaration mercredi soir.

A la question de savoir si une offre plus importante de la part du fondateur d’Altice pourrait être considérée, Eutelsat a, quant à lui, renvoyé à son communiqué.

   De son côté, Bercy n’a fait aucun commentaire, alors que le premier actionnaire est la banque publique d’investissement BpiFrance avec quelque 20% du capital et qu’un éventuel rachat de l’entreprise, considéré comme un « opérateur d’importance vital » par la France, doit obtenir le feu vert de l’Etat.

Eutelsat augmente sa participation dans la constellation de satellites OneWeb

   Paris, 6 oct 2021 (AFP) –

L’opérateur européen de satellites Eutelsat a annoncé mardi investir 165 millions d’euros supplémentaires dans OneWeb et sa constellation destinée à fournir de l’internet à haut débit, devenant ainsi le deuxième actionnaire de la société.

   Eutelsat a exercé une option d’achat pour un montant total de 165 millions de dollars auprès du premier actionnaire de OneWeb, le conglomérat indien Bharti Global, affirme-t-il dans un communiqué. La participation d’Eutelsat passe donc de 17,6 à 22,9% du capital.

   « Les remarquables avancées réalisées par OneWeb en vue de la mise en service imminente de sa flotte, tout comme la confiance que lui témoignent ses investisseurs et ses futurs clients nous confortent dans l’idée que OneWeb possède tous les atouts pour s’imposer dans le segment des constellations de satellites en orbite basse (LEO) », a commenté Rodolphe Belmer, directeur général d’Eutelsat, cité dans le communiqué.

   Eutelsat avait déjà investi 550 millions de dollars dans OneWeb en avril 2021. L’annonce de l’opérateur européen intervient quelques jours après qu’il a repoussé une offre de rachat non sollicité de la part du milliardaire Patrick Drahi.

   Quelque 322 satellites OneWeb sur 648 prévus sont désormais en orbite doivent permettre à l’opérateur de débuter en novembre son service de fourniture d »internet à haut débit et à faible latence -le délai de transmission des données- dans les zones non couvertes par les opérateurs terrestres au Royaume-Uni, en Europe du Nord, au Canada, au Groenland et en Islande, et dans les mers arctiques.

   Depuis la faillite de OneWeb en mars 2020 et sa reprise par Bharti allié avec le gouvernement britannique, OneWeb a levé plus de 2,4 milliards de dollars, permettant de compléter sa constellation qui lui permettant de s’afficher en rival sérieux de la constellation Starlink de SpaceX.

   Outre Bharti (30%) et Eutelsat (22,9%), le capital de OneWeb comprend le gouvernement britannique (17,6%), le japonais Softbank (17,6%) et le conglomérat coréen Hanwa (8,8%). L’investissement de 300 millions de dollars effectué cet été doit être prochainement finalisé.

Recent Articles