Première réunion d’un nouveau conseil UE/USA sur les technologies

   Bruxelles, 9 sept 2021 (AFP) –

La Commission européenne a annoncé jeudi une première réunion le 29 septembre à Pittsburgh (Etats-Unis) du nouveau conseil américano-européen chargé de coordonner les politiques des deux blocs dans le domaine des technologies et du commerce.

   La création de ce Conseil commun du commerce et de la technologie (EU-US Trade and Technology Council, TTC) avait été annoncée en juin lors de la visite du président Joe Biden à Bruxelles. Réclamée par les Européens, cette nouvelle instance incarne un rapprochement transatlantique après des années de tension sous la présidence de Donald Trump.

Réunion de la Commission européenne et les Etats Unis sur les Technologies

   Elle vise à coopérer pour des régulations respectueuses des droits humains, notamment dans la tech, pour contrer l’influence de la Chine souvent considérée comme une menace pour les normes éthiques occidentales (surveillance, confidentialité des données…).

   Le TTC avait été présenté en juin comme un outil pour « aligner les politiques clés en matière de technologie, de numérique, de chaînes d’approvisionnement » et « développer des normes internationales ».

   Il sera coprésidé par le secrétaire d’État américain Antony Blinken, la secrétaire au commerce Gina Raimondo et la représentante au commerce Katherine Tai, pour la partie américaine, ainsi que par les vice-présidents exécutifs de la Commission européenne Margrethe Vestager et Valdis Dombrovskis.

   « Cette réunion inaugurale du Conseil américano-européen du commerce et de la technologie (TTC) marque notre engagement commun à étendre et à approfondir le commerce et les investissements transatlantiques et à actualiser les règles de l’économie du XXIe siècle », ont déclaré les coprésidents, cités dans un communiqué de la Commission.

   « Sur la base de nos valeurs démocratiques communes et de la plus grande relation économique du monde, nous avons travaillé dur (…) pour identifier les domaines dans lesquels nous pouvons prendre des mesures concrètes afin de garantir que les politiques commerciales et technologiques profitent à nos populations », ont-ils ajouté.

   Dix groupes de travail seront organisés. Ils porteront notamment sur « la coopération en matière de normes technologiques, les défis du commerce mondial et la sécurité de la chaîne d’approvisionnement, le climat et les technologies vertes, la sécurité et la compétitivité des technologies de l’information et de la communication, la gouvernance des données et les plateformes technologiques, l’utilisation abusive des technologies menaçant la sécurité et les droits de l’homme, les contrôles à l’exportation, le filtrage des investissements, ainsi que l’accès aux technologies numériques et leur utilisation par les petites et moyennes entreprises », est-il précisé dans le communiqué.

Recent Articles

spot_img