l’Europe et la Chine : un duel stratégique pour la suprématie technologique

Dans un contexte de rivalité technologique grandissante entre l’Union européenne (UE) et la Chine, il semble que l’attitude de l’Europe évolue en matière de protection des technologies critiques pour sa sécurité économique.

L’Europe face à la Chine : une évolution des mentalités concernant les technologies sensibles

Cet article explore cette question en se basant sur des recommandations récemment publiées par la Commission européenne et une interview de Mathieu Duchâtel, directeur des études internationales à l’Institut Montaigne.

Recommandations de l’UE sur les technologies critiques :

Il y a quelques semaines, la Commission européenne a publié un texte portant sur ce qu’elle appelle les “technologies critiques” pour sa sécurité économique. L’objectif est de définir des secteurs tels que l’intelligence artificielle (IA), les technologies quantiques ou la biotechnologie, qui nécessitent une protection face aux ambitions de certains pays étrangers – notamment la Chine.

Ce document fait suite à l’initiative annoncée par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, en juin dernier visant à garantir que nos technologies ne soient pas utilisées par d’autres pays à des fins militaires.

Le OPPO Find X7 et le X7 Pro : Avec la technologie de charge rapide du OnePlus 12 ?

Des restrictions ciblées :

Selon Mathieu Duchâtel, l’idée serait d’imposer des restrictions strictes mais limitées sur toutes les technologies pouvant être utilisées à des fins militaires, tout en permettant la poursuite des échanges commerciaux avec la Chine.

Initialement, l’Europe ne se concentrait que sur le contrôle des exportations de matériel militaire. Aujourd’hui, un code européen autorise ou interdit les exportations de matériaux de guerre, en fonction du matériel et de l’utilisateur final.

Transfert de technologie au-delà du contrôle des exportations :

Au cours des dernières années, la question du transfert de technologies a dépassé le cadre du contrôle des exportations pour également concerner d’autres domaines, comme les investissements étrangers en Europe et en France. L’UE a mis en place un système d’examen des investissements étrangers couvrant ces enjeux, qui vise notamment les investissements dans les infrastructures nationales critiques, telles que les ports ou les réseaux électriques. Cela est particulièrement important dans le cas de conflits politiques; par exemple, la présence de Huawei dans les réseaux 5G ou la question des investissements dans les réseaux énergétiques.

Xiaomi Pad 7 Pro : Le nouveau challenger ou le futur cauchemar pour Samsung et Apple

Les quatre catégories prioritaires :

  • Semi-conducteurs
  • Intelligence artificielle (IA)
  • Informatique quantique
  • Biotechnologie

Mathieu Duchâtel précise qu’il ne s’agit pas d’une liste mais de catégories et que le texte de la Commission ne mentionne pas explicitement la Chine.

Le défi spécifique posé par la Chine :

La principale problématique est l’asymétrie entre l’économie de marché européenne et le capitalisme d’État chinois, avivant la rivalité technologique. Les entreprises chinoises bénéficient d’un soutien important de par leur nature souvent étatique et l’accès au vaste marché intérieur chinois, leur permettant d’atteindre une masse critique. De plus, les entreprises chinoises sont plus compétitives sur la scène internationale en raison de la protection qu’elles reçoivent sur leur marché domestique.

A cela s’ajoute le projet d’intégration civilo-militaire impulsé par Xi Jinping, qui questionne l’ampleur des restrictions imposées par l’Europe pour ses technologies exportées vers la Chine. Il semble donc que l’UE adopte une approche proactive pour protéger ses industries stratégiques, tout en privilégiant la coopération économique avec la Chine.

Conclusion :

Face à la montée en puissance technologique de la Chine et aux enjeux stratégiques que cela représente, il apparaît que l’Europe change progressivement de mentalité concernant la protection de ses secteurs clés pour sa sécurité économique. Il sera crucial de suivre de près comment cette nouvelle approche évoluera dans les années à venir et quel impact elle aura sur les relations entre l’UE et la Chine.

Informations & Technologies chez Infos IT
Passionné de tech et d'innovation, je plonge au cœur des dernières tendances, décodant nouveautés et avancées. Mes analyses et découvertes alimentent votre curiosité technologique
Miguel desforet
  • Splendor Duel
    Splendor Duel : Quelle sera la meilleure guilde ? Découvrez de nouveaux rebondissements et des opportunités stratégiques dérivés de Splendor, le jeu original à succès. Acquérez des cartes aux pouvoirs impressionnants, profitez de privilèges spéciaux et battez-vous pour l'accès limité aux perles. Splendor Duel est un jeu indépendant à deux joueurs basé sur Splendor qui conserve certains des principaux mécanismes de jeu de ce dernier, tout en étant un peu plus complexe, dynamique, interactif, riche, tendu et méchant. Le jeu comporte un plateau principal partagé par les deux adversaires, des pouvoirs de cartes et trois conditions de victoire. Splendor Duel : Comment ça se joue ? Vous y retrouverez la saveur de Splendor : choix d'une action par tour, maximum de 10 jetons dans sa réserve, réservez une carte avec un jeton or, trois niveaux de cartes. Mais plusieurs différences vont le rendre un peu plus complexe et riche que son illustre ainé. la collecte des jetons. Elle se fait à parti d'une grille de 25 jetons. Vous pourrez y collecter 3 jetons adjacents. Grille qui peut être remplie à nouveau avant de choisir mais en donnant un jeton privilège à l'adversaire. Certains cartes ont des pouvoirs spéciaux qui vous permette de gagner un jeton privilège, joueur un autre tour, prendre un jeton à l'adversaire ou un jeton supplémentaire de la même couleur que la carte. 3 conditions de victoires : 10 points dans une seule couleur ou un total de 20 points ou 10 couronnes.
spot_imgspot_img

Actualités

spot_img